samedi 1 octobre 2016

PETITE FRANCE


Entre les guerres et les difficultés climatiques à surmonter dans les pays les plus pauvres (cf .Eric Guilyardi), il faut se préparer à des migrations continues et un nouveau visage de la « mondialisation » : des nouveaux-venus -- partout chez nous . Que sera ce « chez nous » pour nos enfants... ou pour nous-mêmes ? 


Ma génération a sauté le pas vers les nouvelles technologies, cherche à laisser sa voiture à la lisière des grandes villes... Il va surtout falloir apprendre un « vivre ensemble » dont on a du mal à imaginer l’ampleur depuis notre petite lorgnette de septembre 2016...


Louise Michel y arrivait mieux que nous autour de 1870, elle qui imaginait un monde sans aucune frontière (ni gouvernement, mais ça, c’est autre chose).

Moi aussi je suis romantique, et humaniste, et "européenne", mais un jour il faudra que je me confronte à la réalité bien concrète d'un monde sans frontières, de chances géographiquement égales pour tous. Mes attitudes tendres et complaisantes ne suffiront pas. Mon prochain défi. 
Et je crois que justement, « nos enfants », eux, ...y parviendront sans aucun heurt ! Qu'ils soient par avance notre modèle. 
Mais en attendant, je crois qu'elle est comme cela, notre petite France confortable :





Petite France
heureuse en bout de continent
un bras tendu vers l’océan
un genou en mer
une hanche en montagne


que feras-tu lorsque sur les îles d’Orient
les eaux chaudes chasseront les pêcheurs

lorsqu’en bordure d’Equateur
le chaume blessera le paysan

que sur le sable brûlant
s’échoueront les poissons

que le soleil en Malawi
couchera la moisson 

lorsque chacun sera nomade
et marchera vers l’ouest

en quête d’un abri contre la guerre
et même contre la paix ?

en quête de «quelque grain pour subsister»
qu’il ne trouvera plus sur ses terres ?


Tu ne les feras pas entrer
Et s’ils se répandent
comme aux grandes marées
tu leur prêteras des bateaux
pour qu’ils ne fassent que passer ?




 mp




2 commentaires:

  1. Ton texte sait dire la dureté , le cynisme de nos sociétés . Il sonne juste pour dire les vies que nous refoulons , pour dire aussi que nous refoulons une part de nous même . J'aime assez la définition de notre petit pays ... (dé)membré .

    RépondreSupprimer
  2. Contente que vous soyez d'accord.
    Oui, cette France, membrée de la Bretagne à la Méditerranée, en passant par les Pyrénées... (ou les Alpes si certains préfèrent passer par là).

    RépondreSupprimer