Articles

SEL ET CENDRE

Image
La crête des vagues t’a porté tu t’es enivré d’embruns tu as lentement sombré pour te mêler à l’eau.
Tu es plancton éteint qui parle aux poissons tu converses à présent sur le sable au fond des océans
                et désormais chaque jour pour toi la coque des navires à la surface des mers trace un fin sourire.
Adieu Ruben

Cet enfant-là

Image
CET ENFANT-LÀ, mon dernier roman, est sur Amazon ! Disponible en livre électronique et en livre papier. Vous pouvez feuilleter ou lire un extrait avant de vous lancer ...et seulement si cela vous dit.
Un enfant sans doute accidenté ? Une IVG, une recherche ADN... Le secret d'Alix sera au cœur de la vie de deux hommes, à l'origine d'amitiés fortes et d'une affection indestructible. L'art bien sûr y joue encore totalement son rôle, vous me connaissez... https://www.amazon.fr/Cet-enfant-l%…/…/ref=tmm_pap_swatch_0…
My latest novel on Amazon. As e-book but also as paperback.
A child in an accident, a termination, a DNA research -- Alix's secret is governing two men's lives, but also inducing wonderfully strong friendships and profound love. Of course, art plays a major part in the story, you know me, don't you?

Joueur de harpe celtique. Bretagne.

Image
I listened to him in a little medieval village and then met him again two weeks later as he played for our traditional Breton dances.

(Oil on canvas, 80 x 65)                                         Soon with 'Drizzle in Camaret' at the summer painting exhibition in Crozon
mp

SANS PASSEPORT

Image
A Ruben 

Sous la glycine odorante
qui tombe en lourdes brassées des hauts murs dans les iris les plus purs je cherche la houle grise d’un océan jaloux je cherche sur la route ce regard qui me hante.
La vie s’ébroue et dans le lointain fauvette et pinson s’écoutent. Sous la branche du chêne moi je crois que chantent ces S de velours qui t’allaient si bien.
Sans un geste vers les vagues tu es parti si vite laissant ton voilier dériver Il gîte sans personne à bord sans guitare sans passeport


mp






THEODORA, this is for you

Image
I cupped my hands and you curled in cute and tiny my little bud of blooming cherry blossom
Your eyes are large and mischievous embracing a world of lavender a world broader by far than your own name
I promise you voyages over seas and men deep flowing streams and the mystery of languages
I’ve been told you’ll learn about it all and make the Unknown a home
of your own.





mp

Pour toi, THEODORA

Image
Au creux de ma main
toute menue tu t’es lovée et je te garde là bouton blanc prêt à éclore
Tes yeux coquins explorent un monde lavande un monde plus vaste encore que ton nom.
Je te promets des voyages des rivières étranges des mers et des hommes le mystère des langues
N’oublie pas de tout apprendre Théa pour ton envol vers l’univers  ton monde à toi




















mp

PETITE JUDIE

Image
Petite Judie Quel monde merveilleux tu viens respirer ! Un monde de fleurs de verts pâturages de figues et de noix de bois feuillus, de ruisseaux de vaguelettes d’écume qui s’échouent sur la grève
Agile petit oiseau tu entres doucement dans ce monde de promesses passant sur pointe de pieds déjouant les pièges de l’Invisible et je te vois d’un coup d’aile embrasser l’avenir
Seras-tu le roitelet qui sautille entre les flèches du soleil ? Ou le troglodyte  au chant mystérieux de sirène ? Heureuse vie,
douce et câline
Petite Judie !



















mp



LITTLE JUDY

Image
Little Judy what a wonderful world you’ve come into! A world of flowers and green pastures of fruit and nuts of woodland, of brooks or bubbly ripple caressing the sand
Judy, nimble bird I see you tiptoeing into this world of promises softly brushing past dodging the virus’s nets and traps I see you embracing the future and fluttering along
Will you be a firecrest hopping amongst rays of sunshine? A wren heard singing deep in the shrubs like a mermaid at sea? Soft and cuddly long live little Judy!


















mp


















  mp

APPELEZ-MOI "METTE"

APPELEZ-MOI « METTE »
Monique, ce prénom terne, vieilli, galvaudé aigri comment le prononcer sans rudesse quand « Minouche » se disait avec tant de tendresse ?
Echos refoulés d’un MO qui porte loin sa moue, d’un NIQUE brusque et dur qui d’un seul bon franchit les sommets ?
Où sont les Véronique et Dominique si doux qui prennent le temps de rythmer leur pas en longeant les berges du ruisseau ?
Rajoutez-moi un suffixe coquet « ette » comme dans « maisonnette » Mais Moniquette, non. Alors contractons-le en Mette.
Mette c’est tendre et plein de poésie de mystère de fantaisie. « Moniqiou » ou « Manik » pour mes Nordiques c’est fini :

     appelez-moi Mette.




EMPRISE

Emprise
Enfle, crie, couche ton ventre sur les galets soyeux que la houle brasse de son bras ballant
Petits palets gris tout contre ta peau Caresses de décembre sous paumes d’écume et baisers de l’eau
Repos. Dans l’haleine froide du dernier ressac le hâle du soleil enlace aussi ton dos.
Refrain sur la plage la vague envoûte et baigne le rivage dont ton corps s’enivre sous l’emprise                de la mer